Grossesse et vapotage : La recherche avance, une étude Irlandaise plutôt rassurante

Posté par: Loic Burgund Sur: mercredi, février 26, 2020 Commentaire: 0 Frappé: 44

Une question revient régulièrement chez les femmes enceintes : Puis-je vapoter pendant la grossesse ?

Quelle influence a la vape sur la grossesse, pour la mère et pour l'enfant ?

Les résultats d'une étude menée par une équipe Irlandaise nous réponds et les nouvelles sont plutôt rassurantes.

LE TABAGISME ET LA GROSSESSE NE FONT PAS BON MENAGE

On sait les risques de la fumée de la cigarette pendant la grossesse sur l'enfant. Fausse couches, accouchement prématuré, retard de croissance in-utérin, malformation, bébés plus petits et fragiles à la naissance… De plus, les composants toxiques de la cigarette comme le monoxyde de carbone est un terrible poison qui perturbe l’oxygénation du fœtus.

Arrêter de fumer est donc préalable à une réduction des risques lors d'une grossesse.

Mais qu'en est-il de la vape ? Celle-ci ne présentant pas de substances toxiques issues de la combustion. Ainsi, le vapotage semblait être une alternative satisfaisante, mais sans certitude.

L'étude Irlandaise menée par Brendan P. McDonnell, Evan Bergin, Carmen Regan publiée le 9 février dernier dans le British Journal of Obstretrics and Gynaecology (BJOG), ont réalisé une étude pour en avoir le cœur net. Cette étude montre que les femmes exclusivement vapoteuses donnent naissance à des bébés pesant le même poids que ceux conçus par des non-fumeuses.  

 

TRADUCTION DE L'ETUDE :

Objectif

La consommation de cigarettes électroniques a considérablement augmenté ces dernières années, les utilisateurs la percevant comme plus saine, plus propre et plus rentable que la cigarette. Cependant, leur utilisation pendant la grossesse reste une source de préoccupation importante en raison du manque de données sur la sécurité et sur les résultats pour la mère et le fœtus. De plus, la nicotine traverse le placenta et a un effet direct sur le système fœtal et le système vasculaire placentaire et a été étiquetée neuro-tératogène pour ses effets sur le développement cérébral du fœtus.

Conditions de l’étude

Nous avons mené une étude de cohorte prospective parmi des utilisatrices de cigarettes électroniques enceintes fréquentant une grande maternité urbaine qui accouche plus de 8500 nourrissons par an. Les femmes ont été identifiées via le système de réservation électronique lors de la première visite à l’hôpital. Les résultats maternels et néonataux ont été recueillis après l’accouchement et comparés à un groupe de la même période de fumeuses et de non-fumeuses.

Résultats

129 femmes ont été classées avec des antécédents d’utilisation exclusive de cigarettes électroniques au cours de la période d’étude. Sur ce nombre, 85 ont eu une naissance vivante, 39 sont encore enceintes et 1 patiente a eu une fausse couche au deuxième trimestre. Les bébés nés de consommatrices de cigarettes électroniques avaient un poids moyen à la naissance de 3482 g (+/- 549 g), ce qui était similaire à celui des non-fumeurs (3471 g +/- 504 g, p = 0,75) et significativement supérieur à celui des fumeurs (3166 g + / – 502 g, p = 0,001). La gestation moyenne à l’accouchement était similaire chez les utilisatrices de cigarettes électroniques, les non-fumeurs et les fumeurs (respectivement 39,3, 39,8 et 39,3 semaines). Le centile moyen de naissance des utilisatrices de cigarettes électroniques était similaire à celui des non-fumeuses (51ème centile vs 47ème centile, p = 0,28) et significativement supérieur à celui des fumeuses (27ème centile, p = 0,00001). Il n’y a pas eu de cas de morbidité maternelle grave. Les résultats de l’accouchement, y compris le besoin d’induction, le mode d’accouchement, les traumatismes périnéaux et l’hémorragie post-partum étaient tous similaires à ceux des non-fumeurs, de même que les taux d’admission à l’SCBU/NICU (service de néotalité intensive – couveuse). Aucun cas de syndrome de détresse respiratoire néonatale.

Conclusion

L’utilisation de cigarettes électroniques pendant la grossesse n’est pas associée à un faible poids à la naissance ou à un accouchement prématuré. Les résultats maternels et néonataux semblent être similaires à ceux des non-fumeurs. À notre connaissance, il s’agit de la première étude prospective sur la relation entre l’utilisation de la cigarette électronique et les résultats pour la mère et le fœtus.

 

UNE BONNE NOUVELLE POUR LES FUTURES MAMAN

C'est une excellente nouvelle pour les vapoteuses qui désire avoir un enfant. Également pour les fumeuses choisissant la cigarette électronique comme palliatif pour leur grossesse.

En conclusion, le mieux est de ne rien consommer pendant la grossesse.

commentaires

laisse ton commentaire